Télescope chez astroshop

5MPP #12: JUICE, au coeur des lunes glacées de Jupiter
Pour ceux qui n'en auraient pas encore entendu parler, Jupiter Icy Moon Explorer, que l'on abrège JUICE, est une mission d'exploration destinée aux lunes glacées de Jupiter, comme son nom l'indique, à savoir Europe, Ganymède et Callisto, qui, elles aussi, disposent possiblement d'océans sous leurs surfaces.
Elle est développée par l'ESA (Agence Spatiale Européenne), et ce depuis 2009, si on remonte à son ancêtre, un projet de sonde en collaboration avec la NASA, la sonde JGO.

Vue d'artiste de JUICE, avec, en fond, Jupiter, et de gauche à droite, les lunes Io, Ganymède, Europe et Callisto.

Alors, petite parenthèse rapide, oui Ganymède et Callisto feront l'objet d'un prochain épisode, promis.
Bref, revenons en a JUICE. Elle sera lancée en 2022 par une Ariane 64 ( Ariane 6 équipée de 4 boosters, donc ) depuis le centre spatial de Kourou, en Guyane française. Elle arrivera dans le système jovien en 2030 et sera en orbite définitive autour de Ganymède, sa cible principale, en 2033.

Ariane 64

Et je tiens bien à insister sur "cible principale", car avant son arrivée autour de Ganymède, elle aura effectué 10 a 12 survols de Callisto et deux d'Europe, ainsi que quelques-uns de Ganymède.
Mais il se pourrait bien que JUICE ait un passager. En effet, même si l'information reste assez ancienne, il se pourrait que l'agence spatiale russe en profite pour envoyer un atterrisseur à destination de Ganymède.
Laplace-P, c'est son petit nom, serait une mission en deux parties, l'une étant l'atterrisseur et l'autre un orbiteur, a destination de Ganymède lui aussi, mais lancé séparément.

Laplace-P.

Malheureusement, avec les dernières restrictions budgétaires de Roscosmos (l'agence spatiale russe), il est impossible de savoir si cette mission aura lieu ou pas, mais on ne peut que l'espérer.
Cette petite digression sur Laplace-P étant terminée, revenons-en à JUICE. La mission embarquera au total 11 instruments, dont une caméra dont la résolution maximale sera de 2,4 mètres par pixel, permettant, vous vous en doutez, de photographier ses différentes cibles avec une résolution jamais atteinte.
Elle embarquera également magnétomètre, spectromètre, altimètre, détecteur de particules et j'en passe, qui lui permettront notamment d'en apprendre plus sur les océans des lunes glacées de Jupiter.

Et c'est là le cœur de sa mission: réussir à mieux comprendre les différents mécanismes qui animent les coeurs des lunes glacées de Jupiter et ainsi permettre, pourquoi pas, d'enfin déterminer leur potentielle habitabilité, ou, au contraire, de l'invalider.
Ce serait d'ailleurs la seconde utilité de l'atterrisseur: permettre d'effectuer différentes analyses du terrain de Hanymède, avec des données plus précises que depuis l'orbite.
Dans tous les cas Jupiter Icy Moons Explorer promet de nous apprendre des quantités astronomiques d'informations et également de nous envoyer des photos des différentes lunes de Jupiter à couper le souffle et je vous garantis que nous suivrons cette mission avec le plus grand intérêt.


Mis en ligne le: 12-08-2019 16:27:00
Vues: 39